person in white long sleeve shirt holding gray pen
août 8, 2021

Variant Delta en Israel

Par admin1962

Israël décide de procéder à la troisième dose de vaccin pour les plus de 60 ans, même si la FDA est sceptique quant à ses avantages. La variante Delta augmente l’infection et le nombre de décès. Mauvais signe pour le reste du monde.

Après une semaine de rapports continus et croissants d’infections et de maladies liées au Covid-19, la commission de santé qui gère la pandémie en Israël a décidé de procéder à une troisième dose du vaccin, au moins pour toutes les personnes de plus de 60 ans qui ont été vaccinées pendant six mois, bien que les risques et les avantages ne soient pas encore connus.

Aux États-Unis, la FDA, qui autorise les médicaments brevetés sur son territoire (Pfizer et Moderna, utilisé en Israël), n’a pas encore donné son feu vert pour la troisième dose de Pfizer parce qu’il n’y a pas assez de preuves, ou peut-être essaient-ils de ne pas trop effrayer la population.

La décision d’Israël va de pair avec l’annonce par Pfizer d’une étude montrant qu’une troisième dose du vaccin multiplie par cinq à onze les anticorps chez les personnes qui l’ont reçue. La société pharmaceutique, qui a également annoncé qu’elle avait multiplié ses bénéfices par cinq avec le Covid-19, espère obtenir l’autorisation d’utiliser la troisième dose en urgence en août.

La variante Delta se répand rapidement en Israël. Si la plupart des nouveaux cas sont des jeunes, y compris des enfants non vaccinés, le pays commence à voir de plus en plus de personnes âgées qui ont été vaccinées il y a cinq ou six mois être réinfectées.
Des recherches préliminaires menées par le ministère israélien de la santé ont montré que le vaccin Pfizer n’est efficace qu’à 16 % contre la variante Delta chez les personnes vaccinées depuis longtemps.

En outre, on estime que pour les personnes âgées de 60 ans et plus, l’efficacité du vaccin dans la prévention des maladies graves a chuté de 97 % à 81 %.

Du 1er au 20 juillet, 20 personnes sont décédées en Israël, dont 15 avaient été vaccinées avec deux doses, ainsi que 58% des 143 personnes hospitalisées.

La troisième dose de vaccin est une arme à double tranchant, car annoncer son utilisation aujourd’hui, avant même que le cycle de vaccination prévu ne soit terminé dans presque tous les pays du monde, revient à donner une arme supplémentaire à ceux qui nient l’utilité des vaccins.

Il est impossible de penser à vacciner tous les trois mois, alors que la proportion de personnes vaccinées dans les pays les plus avancés est d’environ 60% depuis le début de l’année 2021.
Et là où il a dépassé 70 %, comme en Grande-Bretagne, les cas de Covid ont à nouveau augmenté, mais personne ne veut recommencer à vacciner.

Cependant, la troisième dose pourrait être la seule solution lorsque, en septembre-octobre, la circulation du coronavirus en Europe et aux États-Unis reprendra à un rythme encore plus inquiétant.

Il n’existe toujours pas de traitement efficace contre le covid, en partie parce que les gens ont eu l’illusion que le vaccin suffirait à gagner la guerre une fois pour toutes, et que l’on n’a pas suffisamment investi dans la recherche de médicaments alternatifs.

Au début de l’automne, avec la perspective du long tunnel hivernal, il semble inévitable de déclarer une nouvelle urgence mondiale en matière de covidés. Et avec quelles armes pour le combattre, si ce n’est cette troisième dose désespérée ?

Israël a décidé d’anticiper la décision.

Dans les conditions qui sont les siennes, elle peut se permettre de le faire, ayant déjà presque achevé la seconde, avec une population faible et concentrée, et n’ayant pas d’opposition interne significative.

Pour les autres, dont l’Italie, aux prises avec l’urgence de relancer l’économie, entre No Vax et No green pass, il s’agit de comprendre quels effets politiques, avant même les effets sanitaires, l’inévitable troisième dose de vaccin pourrait générer.

Et que ferons-nous du laissez-passer vert si la troisième dose de vaccin est nécessaire ?