août 10, 2021

Les seins en histoire de l’art

Par admin1962

La forme et la taille peuvent varier, mais l’intérêt reste élevé et il a toujours été si populaire qu’il a souvent été célébré dans l’art depuis les temps anciens. Montrer des seins, jusqu’au début du XIXe siècle, n’était pas considéré comme trop scandaleux, là où l’abondance de déesses nues et de nymphes gambadant dans les bois a toujours été considérée comme normale dans l’art occidental. Paradoxalement, nous vivons aujourd’hui dans une société où les seins nus sont encore tabous.

L’esthétique du sein dans l’histoire de l’art est un aspect qui mérite d’être observé et considéré afin de mieux comprendre comment la perception de notre corps et de celui des autres est le résultat de l’image que l’art et la culture ont évoquée et continuent d’évoquer au fil du temps. Il existe de nombreuses peintures et œuvres qui ont pour sujet le sein féminin.

Cela peut nous amener à réfléchir sur les significations qu’il porte en tant qu’objet qui capte l’attention, ainsi qu’en tant qu’élément d’inspiration érotique. Comme dans le cas du tableau que cet article prend comme exemple, il existe de nombreux peintres qui mettent en valeur cette partie du corps sans forcer l’aspect esthétique, et les corps des deux personnages sont harmonieux et sensuels. Nous pourrions dire qu’il s’agit d’une représentation atypique par rapport à l’image de la femme à laquelle nous sommes habitués aujourd’hui. C’est un signe clair que l’art, en termes d’esthétique, a bien compris ce que la mode ne veut pas prendre en considération, à savoir que la taille de la poitrine doit être en harmonie avec le reste du corps de la femme.

L’esthétique du sein dans l’histoire de l’art

L’histoire nous montre que le sein a toujours été représenté en vertu de sa valeur, qu’elle soit érotique ou maternelle. Ce tableau du Louvre, réalisé par un peintre anonyme de la fin du XVIe siècle de l’école de Fontainebleau, dépeint sur la toile une histoire fascinante, en plaçant les seins au centre de l’attention et en les imprégnant des deux sens. L’une des deux femmes est la maîtresse du roi français Henri IV et attend un enfant. Cette combinaison de rôles exprime le pouvoir du sein à la fois comme symbole de féminité et de sensualité et comme emblème de fertilité. Cette interprétation, lorsqu’elle est intégrée à la conception qu’une femme a d’elle-même, élargit la vision de son corps dans toutes ses expressions, esthétiques et autres.

Le sein est donc un élément du corps féminin qui peut être censuré ou exhibé, caché ou montré sans vergogne, mais au-delà des conceptions personnelles ou sociales de l’esthétique, qui changent selon les différents moments historiques, la plus belle chose qu’une femme puisse arriver à percevoir est que le sein est quelque chose qui lui appartient avant d’appartenir aux autres et aux conceptions que les autres peuvent en avoir.

Dans de nombreuses sociétés européennes entre la Renaissance et le XIXe siècle, les seins exposés étaient acceptés par la censure, tandis que les jambes, chevilles ou épaules nues d’une femme étaient considérées comme audacieuses. Par le passé, de nombreux artistes ont été fortement influencés par les styles classiques de la culture grecque et les images de femmes nues ou semi-nues ont toujours proliféré dans la peinture, la sculpture et l’architecture de cette période. Dans les cercles aristocratiques et de la haute société, l’exposition des seins dans les portraits évoquait des associations avec la beauté grecque mythologique et une forme classique de la poitrine était souvent considérée comme un symbole de statut, comme un signe d’élégance, de richesse ou de position sociale.

J’invite à réfléchir sur le fait que les seins, pour être agréables, doivent avant tout faire partie d’un corps conscient des significations de sa féminité, qui marie entre autres l’érotisme et la fertilité, deux facteurs qui ne doivent pas être séparés, comme si une femme ne pouvait pas intégrer en elle ces deux aspects opposés et complémentaires, mais qui ont très souvent été considérés séparément.

Le sein, donc, avant d’être quelque chose à utiliser pour faire plaisir à l’autre, doit être un plaisir pour soi, car ce n’est pas une robe à montrer ou à exhiber, mais quelque chose dans lequel on se sent bien. La découvrir ou la dissimuler, peu importe, mais certainement pas en l’exhibant comme un symbole de la féminité, qui, lorsqu’elle est bien vécue, s’exprimera de la meilleure façon possible, sans qu’il soit nécessaire de montrer quoi que ce soit, et encore moins avec des excès de formes et de volumes.

Ainsi, tout comme le « soma » (le corps) n’est pas séparé de la « psyché » (l’esprit, l’âme), le sein n’est pas un élément extérieur du moi, mais une partie fondamentale de l’être féminin dans toute sa complexité. Les multiples facettes de la féminité vont, par exemple, de l’aspect maternel, malheureusement souvent associé à des seins surdimensionnés (une référence mentale dont la société devrait se libérer, en réfléchissant au fait que les soins maternels n’impliquent pas nécessairement une abondance de nourriture), à l’aspect plus érotique, où l’harmonie des formes est d’autant plus sensuelle que la femme se sent à l’aise et consciente de ses particularités et de son unicité intrinsèques.

Un organe mystérieux, voire le « centre de la folie » au Moyen Âge, à presser pour guérir la folie des femmes malades. Le sein est un symbole à la fois religieux et profane, une métaphore à la fois de la pureté et du péché, de la sainteté et de la perdition, de la santé fertile et de la maladie imminente.

Dans les multiples formes du corps féminin, chaque femme peut peindre, comme si son propre corps et ses seins étaient une toile d’artiste, comme elle le souhaite, en harmonie avec elle-même, sans céder sa féminité aux modes du moment.